INSCRIPTION NEWSLETTER
 
 
 

Hip Hop

Breakdance et Hip-Hop Le (ou la) break dance, ou breakdance, ou break, ou B-boying , bboy game, est un terme utilisé pour désigner un style de danse développé à New York dans les années 1970 caractérisé par son aspect acrobatique et ses figures au sol. Un danseur de break dance est appelé breaker, b-boy, breakdancer ou encore b-girl s'il s'agit d'une femme.

Différents styles (danse debout)

Animation
Style très populaire au Japon, comme le démontre le niveau des crews tels que U-min[8] ou Hamutsun Serve[9], plus qu'une danse, il consiste à faire vivre la musique à travers la danse à un point extrême si bien que le visuel et l'auditif se confondent.
Ticking
Le ticking est une technique qui consiste à contracter ses muscles à une vitesse élevée, toujours bien sûr en restant en rythme.
Robot
Style plus mainstream que le popping car visuellement plus facilement appréciable par les non-initiés, ce style est souvent confondu avec le popping. Cependant, le robot est un style qui n'a pas nécessairement besoin du pop, il peut ce faire avec plusieurs autres techniques: le popping, le bopping et le dime stopping. Ce style, comme son nom l'indique, consiste à imiter un robot, il s'agit donc d'un style très compact, demandant beaucoup d'isolations.
Bopping
Ce style ressemble beaucoup au popping, mais a une technique différente de celui-ci. Le bopping utilise les articulations du corps pour donner un effet du pop ou plutôt de vibration. Un exemple: imaginons un bras en mouvement qui s'arrête brusquement. Un popper va tout simplement contracter ses muscles pour donner un effet, tandis que celui qui pratique le bopping va arrêter son mouvement et rajouter une petite vibration à son bras par une petite secousse.
Waving
Le waving consiste à faire des vagues (waving = ondulation) avec son corps. Ne pas confondre avec le boogaloo qui pourrait sembler être le même principe.
Boogaloo
Le boogaloo consiste à rouler les articulations du corps comme les poignets, le coup, le bassin, les genoux, etc. Ce style est souvent associé au popping, avec lequel il se combine très bien (beaucoup de gens le confondent d'ailleurs ces deux styles); il a été rendu très populaire par le groupe Electric Boogaloo. Il est important de faire la différence entre ces deux styles, dont l'un utilise comme technique la contraction des muscles (popping), tandis que l'autre est basé sur la rotation des articulations (boogaloo).
Tutting (ou Tetris)
Le Tétris fait référence au jeu d’arcade et se définit par des mouvements à angle droit. On appelle aussi ça l'égyptien. Il s'agit de jeux de bras que l'on enchaîne en rythme seul ou à plusieurs pour dessiner des figures. Le symbole de cet art est nommé Pharaon.
Fillmore
Le Fillmore est un style qui joue avec des positions d'origine militaire, comme le fait de porter un main à sa tempe. À la différence des autres styles, il est possible d'utiliser ce style sans forcer vraiment le 'hit' lors des temps.
Liquid Pop
Les informations à propos du Liquid Pop restent relativement floues. Cependant, le style est apparu dans les années 90 dans les raves. Ce style de danse s'est développé avec la montée des technologies sonores de plus en plus puissantes et les sons de plus en plus psychedelique. L'ouverture vers des nouvelles possibilités de musique et la trance a joué un rôle majeur.
Qu'est ce que le Liquid Pop ? Ce style de danse consiste à imaginer un fluide ou une énergie passant partout dans le corps, créant des grosses et petites ondulations très fluides, lentes et rapides donnant l'impression d'être liquide d'où le nom "Liquid". Liquid Pop c'est le mélange des 2 styles. Cependant les styles se mélangent de plus en plus et le Liquid devient donc un concept tout comme le Popping, Waving ou Gliding.
 

Mouvements de breakdance

Les Passe Passe (ou FootWorks) Le Six-Pas (ou Six Steps) : le six steps est un des premiers mouvements au sol inventé. Comme son nom l'indique, ce mouvement est constitué de 6 pas ayant pour principe de tourner dans un sens, ou dans l'autre. Le haut du corps (tête au bassin) ne bouge pas, on doit toujours rester sur la même ligne et rester de face. Certains breakeurs y ajoutent même des variantes qui suivant les danseurs et surtout suivant le style de chacun comme six-step genoux, ajoute une particularité et l'identité de chaque breakeur.
Le Trois-Pas (ou Three Steps) : le 3 steps est comme le 6 steps mais avec 3 pas. Il faut toujours revenir au point de départ.
Les Phases (ou PowerMoves) La Coupole (ou Windmill) : la coupole est un mouvement de rotation sur les épaules, elle s'introduit dans le groupe de « power move ». À chaque fin de tour, la position de départ est reprise : trax, bras positionné en angles droit, une main au sol et le coude sur l'estomac. L'écart des jambes ainsi que la vitesse sont deux facteurs importants pour la coupole. Il existe différentes coupoles :
La Coupole Boule (ou Munchmill) : la position de départ n'est pas reprise. À chaque fin de tour, le danseur effectue une vrille (360°) sans les mains. Une fois le départ effectué, le danseur se trouve sur les épaules. De là, il donne une impulsion avec les jambes, qui va l'aider à tourner sur lui même pour se retrouver de nouveau sur les épaules, et ainsi de suite. Les jambes effectuent une flexion - extension pour une meilleure impulsion. La position des jambes et la vitesse sont très importantes pour cette coupole.
La Coupole Ventrale : Cette coupole s'effectue les bras en prolongement avec le corps. Une fois le départ, le danseur se trouve sur les épaules. De là, il passe sur le ventre en remontant la tête ainsi que les jambes et se sert des appuis généré par ses bras pour enchaîner la rotation. De façon générale, la coupole est toujours en rotation.
La Coupole Superman :
Le 1999 (ou Ninety) : normalement appelé ninety nine, c'est le fait de tourner en équilibre sur une main. L'expérience et la pratique permettent l'enchaînement de plusieurs tours. Un dérivé de ce mouvement est le sixteen, figure consistant à tourner sur une main comme le ninety mais en partant sur sa 1e main d'appui et non pas sur la 2e touchant le sol, comme le ninety. Avec de l'expérience, il est possible de réaliser un ou plusieurs tours en sixtine, puis en ninety, et enfin de terminer en enchaînant le tout avec une ou plusieurs vrilles. De très nombreuses variantes spectaculaires s'offrent aux b-boys et fly-girls expérimentés.A ce jours le Bboy Cico détient le record du monde qui est de 27 tours !
 

Popping (danse en contraction, blocage)

Le popping repose sur trois principes de base : les hits, l'isolation et les angles.


Les hits, ou contractions, comme nous l'avons cité plus haut, sont la contraction des muscles du corps en rythme sur des parties clé de la musique. Il ne s'agit pas de contracter à tout bout de champ au risque d'enlever tout le groove de la danse. Chaque morceau de musique a été réfléchi, il serait ainsi dommage de ne pas réfléchir à son tour lorsque l'on danse dessus. Par conséquent, il faut tenter de trouver les parties clés de la musique afin de pouvoir y placer quelques figures spéciales (ticking par exemple), ou appliquer ses hits correctement (caisse claire, claps, etc). Le corps étant composé d'un grand nombre de muscles, l'impact visuel des hits paraitra encore plus fort si l'on arrive à contracter un grand nombre de muscles (jambes, torse, bras, et même gorge), avec style, bien évidemment.
L' isolation provient du robotting, qui comme son nom l'indique est une technique de mime consistant à imiter la gestuelle d'un robot. Il s'agit de pouvoir isoler chaque partie de son corps pour pouvoir l'activer indépendamment des autres afin de créer un certain effet visuel. On retrouve ce principe de base dans de nombreux mouvements tels que le neck-o-flex qui repose sur l'isolation de la tête par rapport au reste du corps.
Enfin les angles, surtout mis en pratique dans le tutting, consistent tout simplement à bouger ses membres avec esthétique. En effet, l'effet visuel est plus appréciable lorsque les mouvements sont effectués avec des angles bien choisis.